IFM (MYRAL) ET UNISO, RÉMY GUERIN : ISOLATION DE FAÇADES, RÉNOVATION

Métier

Système d’isolation de façades

IFM
(ISOLATION FAÇADE MYRAL)

Usine MYRAL – rue du Triage
21120 Is-sur-Tille – B.P. 77
Tél. : 0800 333 500

[email protected]
www.uniso-isolation.fr/

Catégories

UNISO, isolation de façades.

Plus répandue en Allemagne qu’en France, l’isolation extérieure consiste à envelopper
 le bâtiment d’un manteau isolant. Les experts s’accordent à dire que les performances
 sont bien meilleures. Si vous devez ravaler votre façade, profitez-en pour isoler par l’extérieur, vous ferez d’une pierre deux coups avec des économies à la clé. Petite visite en Bourgogne auprès du fabricant Français MYRAL et découverte de la solution UNISO avec Rémy Guérin (directeur développement IFM).

Présentation par Rémy Guérin.

« Rémy, pouvez-vous nous expliquer ce qu’est UNISO, MYRAL et IFM? »

Rémy : UNISO est une solution d’habillage esthétique de façade associée à un isolant très performant. Cette solution est fabriquée par la société MYRAL sur le site de Is-sur-Tille (à côté de Dijon) et distribuée par IFM sur la région de l’Est de la France.

Le fondateur de l’entreprise, Daniel BONNOT est devenu à l’époque distributeur exclusif d’un produit Allemand : le POLYALPAN, qui consistait en un panneau d’isolation thermique en Aluminium injecté d’un Polyuréthane de 27 mm d’épaisseur.

Le produit était fixé directement sur les murs grâce à des rives mâles et femelles en aluminium. À la cessation d’activité de la firme POLYALPAN, Daniel BONNOT a repris à son compte l’activité en France et a commencé une production artisanale de panneaux de 2,50m à 3m de long, par 0,50 m de large.

Autodidacte génial, il a modifié le système d’assemblage en implantant des rives de fixation PVC, augmenté l’épaisseur du panneau isolant, et obtenu l’autorisation de déposer un nouveau brevet. Le produit, considérablement modifié, est alors devenu Français et Daniel BONNOT a imaginé une machine qui peut fabriquer des panneaux de plus grande longueur. Le concept UNISO était né. Aujourd’hui Sylvain BONNOT est Président de la SAS MYRAL fabricant Français d’UNISO.

Visite guidée de la ligne de fabrication.

« Rémy, vous nous faites visiter l’usine ? »

Rémy : Suivez-moi. Il faut savoir que nous vivons en quelque sorte notre petite révolution industrielle, puisque vous allez voir ici une ligne de fabrication de 60 mètres et, à côté, notre nouvel investissement qui représente une ligne de 100 mètres. Nous allons commencer par notre stock de notre matière première, les revêtements de façade.
Ce sont des rouleaux d’aluminium de 48/100ème d’épaisseur, rigides et résistants, avec, par dessus, une couche de polyester qui est polymérisée à chaud dans la masse d’aluminium (anti-abrasion, anti UV) dans différentes teintes. C’est la base esthétique de la solution UNISO, que nous viendrons mouler et texturer à façon sur la ligne de fabrication. Nous obtenons ainsi des façades aux textures variées : bois, crépis, lisse ou clin lisse.

Image

Sur la ligne de production : Nous retrouvons nos bobines d’aluminium au début de la chaîne.

Rémy : Le cheminement de production est simple, notre aluminium se déroule, puis passe par une étape de presse sur une matrice qui va lui donner l’aspect texturé selon la commande du client. Ensuite, automatiquement, des rives de fixation PVC (fabriquées chez nous également) viennent se charger de chaque côté de notre plaque d’aluminium. Elles vont déterminer l’épaisseur de notre plaque : 32 ou 62 mm. La rive de droite femelle permet la fixation sur la façade tous les 30 ou 50 cm et une rive mâle avec un joins souple en PVC co-extrudé qui assure l’étanchéité du système, c’est un véritable joint de dilatation qui présente des garanties mécaniques sur l’ensemble de la façade.

Toujours en continu, “le moule“ ainsi formé vient recevoir une espèce de pâte à crêpe qui est un polyuréthane haute densité. Il s’agit d’un P.I.R, un polyuréthane nouvelle génération, qui présente des garanties environnementales bien meilleures. Le tout continue son chemin dans une étuve à 60°, sur lequel on vient déposer le pare-vapeur sous presse. Ceci va avoir pour effet de contenir l’expansion du polyuréthane. Il faut noter que c’est ce pare-vapeur qui va être au contact de la maison et va lui assurer un barrage au phénomène de condensation (hydrométrie).

C’est une exigence supplémentaire du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) en sachant que le polyuréthane présente déjà des propriétés hydrophobes. Nous obtenons ainsi des panneaux extrêmement rigides d’une densité de 55 Kg/m3. Pour comparer, une mousse en bombe du commerce atteint des densités entre 15 à 20 Kg/m3. Nous arrivons enfin en bout de chaîne, et c’est ici que nous débitons les longueurs de laies en fonction du plan de calepinage précis de la maison du client. Vous pouvez voir différentes longueur 6.20 m, 4.25 m, 5.45 m en fonction de la hauteur du bâti.

« Rémy, pouvez-nous nous donner les performances du système ? »

Rémy : Pour obtenir les coefficients d’isolation qui sont demandés par la législation aujourd’hui (crédit d’impôt)(R ≥ 3,7 m2.K/W) avec notre système, nous utilisons le UNISO de 32 mm avec un renfort de P.I.R de 60 mm qui nous permet d’atteindre un coefficient de (R ≥ 3,99 m2.K/W).Nous pouvons aussi atteindre un coéfficient de (R ≥ 5,19 m2.K/W) avec notre épaisseur de 62 mm renforcés de P.I.R de 60 mm. Cela correspond donc à une épaisseur allant de 92 mm à 122 mm. En comparaison pour atteindre un coefficient (R ≥ 3,99 m2.K/W) avec du polystyrène il vous faut une épaisseur de 160 mm alors que nous ne sommes qu’à 92 mm.

De la même façon pour obtenir un coefficient de (R ≥ 5,19 m2.K/W) il vous faut une épaisseur de 210 mm de polystyrène alors que nous ne sommes qu’à 122 mm avec notre système UNISO en P.I.R.

Qui plus est, le polystyrène, du fait de sa constitution moléculaire, rejette des solvants et subit des désagrégations spontanées. Il va aussi se rétracter dans le temps. Un crépi sur un support instable à tendance à craquer par exemple. L’avantage du polyuréthane, c’est que c’est une molécule fermée qui ne rejette pas de solvants et qui va conserver son coefficient d’isolation du début de fabrication à la fin du bâti. Il faut souligner que la solution UNISO est classé M1 au feu avec une tenue à la poussée de chaleur très importante. C’est un système qui présente également une grande résistance à la dilatation et au phénomène sismique.

Vous désirez recevoir nos derniers articles? Inscrivez-vous à notre Newsletter