MICHE LO : LA PASSION DU CARRELAGE DE LOÏC MICHELOT.

Métier

Carrelage

Faïence

MICHE LO

Besançon
Tél. : 06 48 38 15 50
[email protected]

Facebook : michelo25000

Catégories

Vous ne supportez plus la vision de votre carrelage ? Démodés, abîmés, vos vieux carreaux ne reflètent plus l’image que vous souhaitez donner à votre décoration intérieure ? Rassurez-vous, Loïc Michelot, à vingt-sept ans, est le pro passionné qu’il vous faut !

Présentation par Loïc  Michelot.

« Loïc, pouvez-vous nous tracer votre parcours professionnel ? »

Loïc : « J’ai passé un BEP et un bac professionnel en maçonnerie au lycée professionnel des Graviers-Blancs à Besançon. À l’issue, je suis resté quelques mois à chercher du travail sans succès et un ami m’a sollicité pour poser du carrelage chez  lui. J’ai essayé et j’y ai pris goût. Je me suis donc redirigé vers une formation longue de carreleur à l’AFPA à Besançon. Je suis reparti à la quête d’un emploi et j’ai enchaîné plusieurs petits boulots. En avril 2010, alors que je posais de l’isolation et du placo, mon employeur de l’époque m’a incité à entreprendre les démarches auprès de la chambre de métiers pour créer mon entreprise. Après les formations de gestion, en juin, j’étais inscrit au registre des métiers en tant qu’entreprise individuelle. Les deux premières années, j’ai travaillé grâce à mon cercle familial et amical, et puis la crise du bâtiment est arrivée. Je me suis remis en question et j’ai même pensé arrêter. À ce moment, j’ai rencontré par connaissance une entreprise de rénovation tous corps d’état qui m’a fait confiance et qui m’a confié ses lots carrelage. J’ai repris goût à mon métier, et progressivement j’ai commencé à me faire connaître. Depuis un an, je suis membre du BNI Grand Besançon affaires, cela m’a ouvert des opportunités, des contacts et une ouverture d’esprit. J’ai découvert d’autres réseaux  sociaux professionnels et des secteurs d’activité que je n’imaginais même pas. Aujourd’hui, j’ai atteint un rythme de croisière d’activité régulier. »

« Quelle est votre typologie de clientèle ?  »

Loïc  : « La plupart du temps, je travaille pour des particuliers dans des projets de rénovation. J’interviens dans les salles de bains, les cuisines, les couloirs ou des appartements complets, ce sont souvent des travaux de moyennes durées même s’il m’est arrivé de faire des maisons complètes. Je pose tout type de revêtements de sols ou muraux (faïence, mosaïque…), dans  tous les formats avec une préférence pour les grands, voire très grands formats. J’ai déjà posé des carreaux qui faisaient un mètre de large par trois mètres de long. Ce sont des carrelages sols et murs que l’on appelle “nouvelle  technologie”, de faible épaisseur avec une trame de fibre de verre au verso. Ce sont des carrelages adaptés pour la rénovation surtout si vous ne pouvez pas modifier vos menuiseries. Les gammes sont étendues et proposent des finitions très décoratives (textures, eƒffets métalliques…). »

« Avez-vous un carrelage de prédilection ?  »

Loïc : «  Il existe sur le marché diƒfférents carrelages qui vont être adaptés à chaque situation. Lors de leurs fabrications, les carreaux de carrelage possèdent entre eux une variation de dimensions, de planéité, ainsi que de perpendicularité. Il existe pourtant un carrelage dit “rectifié”. Le carrelage rectifié est, comme son nom l’indique, un carrelage classique, qui a subi lors des étapes de fabrication, une rectification ayant pour but premier de réduire toutes ces diƒérences et ainsi donner au carrelage en question plusieurs caractéristiques en termes de dimensions qui vont être quasi identiques. J’aƒffectionne ces carreaux  rectifiés pour le rendu de résultat linéaire parfait qu’il procure. C’est un produit relativement technique qui demande une grande précision de pose et une bonne préparation du support. L’atout du carrelage rectifié ainsi que de la faïence c’est un rendu plus esthétique, un grand choix de finitions, mais aussi la finesse des joints qui procure un aspect beaucoup plus moderne. »

« Est-ce que vous proposez le carrelage à vos clients ? »

Loïc  : « Dans certains cas, je peux proposer des idées de carrelage en fonction du chantier, par exemple je déconseille les carreaux de teinte trop foncée pour une salle de bains dans nos régions si l’on ne veut pas frotter les traces de calcaire à toutes les sorties de bain. Dans la majorité des cas, je recommande à mes clients une liste de fournisseurs avec qui j’ai l’habitude de travailler. Le client choisit lui-même son carrelage, la commande avec mon estimation de la quantité nécessaire, et si besoin je réactualise mon devis. En rénovation, je fournis le carrelage dans ma prestation, ce qui donne droit à mon client à un taux de TVA réduit de 10 %. Dans le cas où le client souhaite fournir lui-même son carrelage, mon prix de pose est légèrement supérieur. »

« Quels sont les produits de pose que vous utilisez ? Avez-vous des techniques particulières ?  »

Loïc  : « Pour la pose, je travaille avec les gammes de colles à carrelage, ragréage, mortier de réparation et de joints de chez Mapei. Ce sont des produits que je connais bien et avec lesquels j’ai pris l’habitude de travailler depuis près de neuf ans. Ce sont des produits chimiques pour le bâtiment produits dans le respect de l’environnement. C’est un engagement de longue date pour Mapei qui s’étend à leurs équipements, leurs produits et leurs procédés de fabrication, de la réduction des déchets à l’utilisation de matériaux recyclés. Pour la colle à carrelage, j’utilise une nouvelle génération de mortier-colle améliorée souple (certificat CSTB – C2S), idéale sur supports déformables et qui permet une utilisation plus tolérante sur des supports pas toujours très plans surtout en rénovation. »

« Plus que des techniques je parlerais de procédure de mise en œuvre. Systématiquement, j’applique un primaire d’accrochage sur tous les supports sur lesquels je vais poser du carrelage (placo, chape, carrelage existant, ragréage…). Le bénéfice de ce principe est de donner le temps à tous les matériaux (mortier-colle, ragréage…) de créer une liaison en profondeur avec le revêtement. Ma préoccupation principale c’est la tenue durable de mon travail et pour cela je ne ferais pas la petite économie s les matériaux (mortier-colle, ragréage…) de créer une liaison en profondeur avec le revêtement. Ma préoccupation principale c’est la tenue durable de mon travail et pour cela je ne ferais pas la petite économie d’un sac de colle ou de primaire. »

« Quelle est votre actualité ? »

Loïc  : « Prochainement je vais suivre une formation pour l’application de revêtement en béton ciré ou mortier à eƒffet béton décoratif. »

Vous désirez recevoir nos derniers articles? Inscrivez-vous à notre Newsletter