PATRICE ALBERTS : CHAUFFAGE ET ENERGIES, SANITAIRE, DEPANNAGE, ENTRETIEN

Métier

Chauffage et sanitaire
Toutes énergies
Entretien dépannage
Énergies renouvelables

ALBERTS PATRICE

41 Bis Grande Rue
25170 JALLERANGE
Tél. : 03 81 58 25 03
Tél. : 06 85 70 08 28
[email protected]

Catégories

PRODUCTION D’ÉNERGIE, COMMENT NE PAS FAIRE CHAUFFER SA FACTURE ?

Comment faire le bon choix de production de chauffage ? Est-ce aussi simple qu’il y paraît ? Éléments de réponse avec Patrice Alberts, chauffagiste visionnaire de père en fils.

Présentation par Patrice Alberts.

« Patrice, pouvez-vous nous parler de vos débuts professionnels ? »

Patrice : « J’ai commencé mon métier très tôt, essentiellement dans l’entreprise familiale. À l’issue de mon année de troisième, j’ai voulu apprendre un métier, et je suis passé de stage en stage, de la mission locale en foyer à Sochaux. À l’époque, et avec du recul c’était “hard rock”, on ne s’en rend pas forcément compte étant jeune, mais c’est nos choix de formation qui vont tracer la trajectoire de notre vie professionnelle. J’encourage tous les jeunes à faire le petit effort d’apprendre un métier. Après mon service militaire, j’ai souhaité reprendre une formation diplômante à l’AFPA et j’ai passé mon CAP d’électricien du bâtiment. Dans le même temps, j’ai demandé à passer un CAP de plombier en candidature libre. Je suis entré dans une entreprise d’électricité à Berthelange (Ecoffard Électricité) pour une période de deux ans et demi. Ensuite, mes parents m’ont embauché comme électricien dans l’entreprise familiale de chauffage sanitaire. À l’époque, dans les années quatre-vingt-dix, mon père se diversifiait pas mal, autour du chauffage il n’était pas rare de le voir faire un peu de couverture-zinguerie. En 1997, il a atteint l’âge de la retraite et j’ai repris son entreprise. »

« Pouvez-vous-nous décrire l’essentiel de votre activité aujourd’hui ? »

Patrice : « Les temps ont changé et avec les contraintes des normes et autres qualifications j’ai abandonné progressivement l’activité de couverture pour me consacrer au chauffage et au sanitaire. Je suis détenteur de l’appellation Professionnel du gaz (PG) pour assurer à mes clients la conformité de mes installations gaz. L’essentiel de mes clients étant en milieu rural, j’installe beaucoup plus de chaudières fioul ou bois (je suis agréé Qualibois). Dans les constructions neuves, les demandes vont de plus en plus vers des installations en pompes à chaleur sur plancher chauffant (je suis également agréé Qualipac). »

« Nous aimons bien avoir l’avis du professionnel, qu’elle est selon vous l’installation la plus adaptée ? »

Patrice : « Tout est une question de géographie. Si vous êtes en ville, sans hésiter je vous conseille une chaudière à condensation gaz. Maintenant, pour les constructions neuves en milieu rural, je dis à mes clients de prévoir l’avenir. J’ai l’exemple d’un client d’une trentaine d’années qui construit, je lui ai proposé et chiffré une installation pompe à chaleur sur un plancher chauffant, avec un chauffe-eau thermodynamique pour sa production d’eau chaude. Pour des raisons de budget, il a choisi une solution de chauffage bois avec un poêle de masse complété par des radiateurs électriques à l’étage. Je dis très bien, mais pendant qu’il est sur la pose de ses panneaux TMS* (panneaux isolants) au sol, je lui conseille la pose de ses tuyaux de planchers chauffants, qui nous dit que dans dix ans les solutions de production de chauffage ne seront pas plus économiques ? Nous en avons l’exemple en ce moment avec la chute du prix du baril de pétrole, le chauffage fioul redevient compétitif quand vous additionnez le coût de l’installation et le prix du litre. Il fut une époque où on nous à vendu les chaudières bois à granulés ou palets, très bien, mais le prix à la tonne est quand même passé, de 165 € à ses débuts, à quasiment 265 € aujourd’hui, la crainte étant de voir le monopole des grands pétroliers, qui rachètent un à un les petits distributeurs, d’imposer un jour un prix indécent. Pour moi, une installation de production de chauffage doit être mixte (pompe à chaleur-bois, fioul-bois ou gaz-bois) et surtout évolutive. La production d’eau chaude sanitaire doit être indépendante, et de préférence par chauffe-eau thermodynamique pour respecter les limites de consommation annuelle préconisées par la RT 2012. »

« Quid des solutions énergies renouvelables telles que l’énergie solaire photovoltaïque ? »

Patrice : « J’ai été agréé QualiPV, donc je connais bien le sujet, pour moi le solaire photovoltaïque est une très bonne solution de production d’énergie, et malgré les idées reçues nos régions sont parfaitement adaptées. C’est vrai que c’est un marché qui a longtemps été tenu sous perfusion grâce aux aides financières de l’État, argument commercial d’entreprises peu scrupuleuses qui ont vendu des installations sans souci de garantie de résultat. Mais avec une bonne orientation, je vous garantis que c’est rentable. Voilà bientôt dix ans que j’ai installé deux panneaux solaires de la marque Giordano, distribuée par mon fournisseur et partenaire Téréva, sur mon toit, et tous les ans EDF me fait un chèque de plusieurs milliers d’euros. »

Vous désirez recevoir nos derniers articles? Inscrivez-vous à notre Newsletter