INVITÉS : GÉRARD ET LIONEL MOYSE NOUS PARLENT DE LA MAISON SAINE

Deux invités nous expliquent les enjeux dans la maîtrise de la ventilation de la maison, au regard des futures réglementations : présentation par Gérard et Lionel Moyse, dirigeants du groupe Moyse (constructeur de maisons individuelles).

 

Catégories

Premier d’une longue série, nous avons voulu rencontrer un professionnel reconnu de l’habitat, afin de nous parler d’un sujet de santé publique, la maison saine, et de nous éclairer sur cette préoccupation.

« Gérard, quelle est l’actualité des Maisons Moyse ? »

Gérard : « L’ADN des maisons Moyse, en tant que constructeur de maisons individuelles, est de répondre aux différents segments de marché, en proposant à chaque budget une solution adaptée dans le respect des réglementations de construction en vigueur. C’est dans ce contexte que depuis cet automne nous avons lancé une nouvelle marque qui s’identifie sous le nom “Maisons Start”. C’est une offre qui s’adresse aux “petits” budgets, destinée aux ménages à revenus modestes et désireux de sortir de leur modèle d’habitat collectif. La proposition des “Maisons Start” est d’offrir l’accès à la propriété de sa maison individuelle dans un budget maximum (terrain et maison) de 150 000 euros. »

« Comment arrivez-vous à cette prouesse budgétaire ? »

Gérard : « Il n’y a pas de miracle dans cette offre, nous avons simplement revu notre approche globale de la construction, notamment en travaillant davantage sur le produit et en appliquant d’anciennes méthodes comme l’analyse de la valeur. Autrement dit, en remettant en cause toutes les différentes étapes de la construction, pour définir leurs réelles nécessités tout en restant dans le cadre des règles et normes actuelles (RT 2012).

Nous proposons différents modèles optimisés allant de 70 à 100 mètres carrés habitables avec le terrain. L’emplacement du terrain fait partie intégrante de l’équation d’optimisation du prix des “Maisons Start”, et de ce côté-là nous avons réfléchi à des secteurs géographiques stratégiques hors agglomération (mais proche en distance-temps), où les terrains sont encore à des prix abordables. La dernière condition pour rentrer dans notre offre budgétaire est de proposer une partie du second œuvre en option à nos clients, qui s’ils le souhaitent pourront mettre “la main à la pâte” pour finir leur maison.

Quoi qu’il en soit, nous ne faisons pas l’impasse ni sur la qualité de nos prestations ni sur le respect des réglementations, c’est une question d’éthique aux Maisons Moyse et ce n’est pas un hasard si nous avons été les premiers (en 2006) à construire des maisons BBC en Bourgogne–Franche-Comté. Ce n’est pas un hasard non plus si nous sommes les premiers à proposer la maison passive aujourd’hui. Nous voulons affirmer notre différence en apportant davantage de réponses aux préoccupations de notre époque, j’en veux pour exemple notre programme de développement de la maison saine qui est un sujet de santé publique tout juste abordé par les différents acteurs du secteur, mais complètement généralisé dans toutes nos constructions* depuis un an. »

« Justement, pouvez-vous nous expliquer ce qu’est une maison saine ? »

Lionel : « La qualité de notre air intérieur est primordiale. Avec l’évolution des réglementations thermiques et l’optimisation de l’étanchéité à l’air de nos maisons, le constat est unanime : l’air intérieur s’avère souvent de moins bonne qualité que l’air extérieur (exposition prolongée à des produits nocifs, humidité persistante, émanation de composants organiques volatils dits C.O.V., production de CO2 ou autres émissions de formaldéhyde liées à sa présence dans les matériaux de fabrication de nos ameublements). Alors que nous passons environ 80 % de notre temps dans des lieux fermés, la dégradation de la qualité de l’air intérieur à la maison, mais aussi au bureau, à l’école, dans les magasins, les transports… est devenue une préoccupation de santé publique de premier plan, trop souvent négligée.

Selon une étude de l’A.N.S.E.S. d’avril 2014 intitulée “Étude exploratoire du coût socio-économique des polluants de l’air intérieur”, la pollution de l’air intérieur entraînerait la mort de près de 20 000 Français par an. Le coût de cette mortalité et de la baisse de qualité de vie des personnes malades s’élève à 20 milliards d’euros. La réponse à ce triste état de fait réside en partie dans la prise de responsabilité du secteur de la construction de nos habitats.

Pour notre part, elle se matérialise par une série de six mesures intégrées dans nos processus de construction de nos maisons individuelles, autour d’un programme nommé “Maison saine« .»

« Pouvez-vous nous détailler les mesures prises pour obtenir une maison saine ? »

No 1 – LA VENTILATION

Lionel : « La première de nos mesures mises en place pour obtenir une atmosphère dépolluée et créer une maison saine a été d’équiper en standard toutes nos maisons* d’un système de ventilation (V.M.C.) performant. La V.M.C. est le poumon de la maison et nous nous sommes vite rendu compte que les systèmes standards avaient rapidement atteint leurs limites avec le confinement généré par la RT 2012. Nous nous sommes rapprochés de la société Renson, leader en Belgique du système de ventilation intelligent nouvelle génération. Outre le taux d’humidité dans l’air, c’est un appareil truffé d’électronique et de capteurs, capables de détecter le CO2, les C.O.V., et de vérifier les débits d’air minimum dans chacune des pièces afin d’être en conformité avec les réglementations exigées. L’installation de ce système de ventilation fait l’objet d’une étude et d’un calepinage spécifique pour intégrer les gaines de ventilation dans les doublages au moment de la construction. À la grande différence des systèmes fréquemment utilisés sur le marché qui fait appel aux gaines souples (fragile à l’écrasement et favorable à la condensation), notre ventilation Renson fonctionne avec des gaines de ventilation rigides en PVC, hermétiques et faciles d’entretien. »

No 2 – UTILISER DES MATÉRIAUX A+

Gérard : « Nous avons également choisi d’utiliser exclusivement des matériaux sans émanations toxiques, pour obtenir une maison moins polluée. Depuis le 1er janvier 2012, l’étiquette “émissions dans l’air intérieur” est obligatoire pour les matériaux de construction et de décoration (matériaux de construction, peintures, revêtements de sols, isolants…). Cette étiquette classe les produits en quatre catégories, allant de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions de C.O.V.). »

No 3 – UTILISER DES SOLUTIONS QUI DÉPOLLUENT VOTRE INTÉRIEUR

Gérard : « Il existe des matériaux dits “dépolluants”, par exemple la plaque de plâtre “Placo® Impact”. Elle bénéficie de la technologie Activ’Air® et réduit jusqu’à 80 % la concentration de formaldéhyde dans l’air ambiant. Nous avons rendu systématique l’utilisation de ces plaques de plâtre anti-C.O.V. sur les plafonds. Comment ça marche ? La technologie crée une réaction chimique irréversible qui casse la liaison “carbone-oxygène” du formaldéhyde et le transforme en un composé inerte. Son efficacité a été prouvée par des tests réalisés en laboratoire indépendant. »

No 4 – SUPPRIMER LES EFFETS D’HUMIDITÉ

Gérard : « Pour compléter le dispositif des mesures qui permet de lutter contre la prolifération d’organismes pathogènes dans l’air ambiant, nous avons généralisé l’utilisation des plaques de plâtre hydrofuges sur toutes les parois des pièces d’eau (comme le prévoient les obligations de la RT 2012). La plaque de plâtre hydrofugée “Placomarine®”, parfois reconnaissable à sa couleur verte, est six fois plus résistante à l’humidité qu’une plaque standard. L’humidité est la première source de développement de moisissures en surface et favorise les allergies et autres problèmes respiratoires. Comme l’indique un récent rapport de santé, ce sont des millions de bactéries de natures différentes qui prolifèrent en milieu humide. »

No 5 – COMBATTRE LE RADON

Gérard : « Les pollutions de l’air à l’intérieur d’une maison sont de nature chimique, bactériologique, physique ou naturelle, avec dans certains cas l’émission par les sols du gaz radon. Le radon est un gaz radioactif que l’on retrouve naturellement dans les sols de nos régions. Le gaz radon serait la seconde cause de cancer du poumon après le tabac et devant l’amiante. Ce gaz naturel pénètre par les sols sous les habitations avant de gagner les pièces habitées. Les solutions que nous avons mises en place pour lutter efficacement contre ce problème sont : bien dimensionner l’étanchéité de surface entre le sol et la maison, mettre en place une aération naturelle dans les vides sanitaires et sous-sols, et renforcer l’extraction du gaz radon par l’action de la ventilation mécanique (V.M.C.) de la maison. »

No 6 – AMÉLIORER LA CONCEPTION ARCHITECTURALE

Gérard : « Notre démarche ne s’arrête pas uniquement aux solutions matérielles. Notre expérience nous amène à avoir une réflexion plus générale du problème de pollution intérieure, et à identifier ses sources, pour apporter des réponses concrètes. Dans ce contexte, nous avons repensé la liaison entre la maison et le garage, pour obtenir une meilleure étanchéité entre les deux. Il faut savoir que votre voiture arrêtée dans le garage va dégager des gaz toxiques, pendant une heure et demie, et ne manquera pas d’envahir vos locaux habités au premier appel d’air. C’est sous l’effet de ce phénomène que l’on retrouve des molécules de benzène sur l’oreiller de vos enfants. »

Lionel : « La recherche autour de la maison saine ne s’arrête pas là. Nous étudions sans cesse les meilleures façons d’améliorer nos maisons pour que leurs propriétaires y vivent bien. Nous proposons par exemple, en option, le blindage des gaines électriques pour ceux qui seraient sensibles aux rayonnements d’ondes électromagnétiques. »

Gérard : « C’est la moindre des choses que de livrer des maisons qui ne dégradent pas la santé de nos clients.»

MAISONS MOYSE en bref :

• Rayon d’action : région Bourgogne–Franche-Comté
• Devis réalisés suivant le projet
• Assurance décennale et responsabilité civile – Dommage ouvrage – Garantie de livraison aux prix et délais convenus
• Entreprise R.G.E. (reconnu garant de l’environnement)
• 59, chemin des Planches – 25000 Besançon
• 2, rue des Terres-Franches – 21160 Marsannay-la-Côte
• Tél. : 03 81 60 77 00
• www.moyse.fr

Vous désirez recevoir nos derniers articles? Inscrivez-vous à notre Newsletter